Portrait n°5 : la Dame d’onze heures

Portrait à l’encre noire pour une jolie fleur blanche… à ne manger que des yeux !

LA DAME D’ONZE HEURES est une petite plante des bords de chemins et des prairies plutôt pauvres. Pour un aperçu photo, c’est ici..

JOLIS NOMS

Ses belles fleurs blanches en forme d’étoile apparaissent au printemps, mais elles ne s’ouvrent chaque jour qu’à partir d’une certaine température, bien souvent en fin de matinée. D’où le nom de Dame d’onze heures.

Son nom scientifique Ornithogalum umbellatum, l’Ornithogale en ombelle, n’est pas moins poétique : formé de ornithos + gala + umbellatum, on peut le traduire par lait d’oiseau en forme d’ombrelle. Ok, c’est une image un peu bizarre, mais qui décrit quand même joliment la couleur et la disposition des fleurs.

ELLE SENT PAS L’AIL !

Botaniquement, les Ornithogales font partie des Asparagacées, une famille assez proche des Ails, d’où des confusions fréquentes à la cueillette.

Alors pour éviter toute erreur : les feuilles ne sont pas creuses mais charnues ; et surtout la plante froissée ne sent pas l’ail, or tous les ails sentent l’ail !

Un ail qui ne sent pas l’ail n’est donc pas un ail. C’est même généralement une plante toxique, et notre Dame d’onze heures ne fait pas exception. Quoique, d’après François Couplan, les bulbes peuvent être consommés après cuisson dans deux eaux (on cuit, on jette l’eau et on recommence).

Honnêtement, nous ne nous sommes pas encore donnés cette peine, parce que ça n’a pas l’air très bon…

Illustration : David Bricout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *