L’association

Créée en novembre 2018, Les Pieds dans la Salade est une association à but non-lucratif. Son objectif est d’expérimenter et de promouvoir des solutions favorisant la préservation de la nature, l’autonomie, le partage et la bienveillance.

Nous souhaitons ainsi contribuer au développement de la permaculture, c’est-à-dire l’art de créer des systèmes stables et autosuffisants pour produire ce dont nous avons besoin (nourriture, habitat, énergies…).

Des Stratégies qui nous parlent…

La connaissance
des plantes sauvages

Apprendre les clés d’identification des plantes et leurs usages alimen­­taires, médicinaux, artisanaux… ; observer la biodiversité, les compor­­tements, les dynamiques naturelles pour mieux les respecter ; apprendre à connaître les richesses qui nous entourent, les salades sous nos pieds.

Le zéro déchet

Réduire notre consommation de polluants et d’objets, recycler, com­poster, remplacer le jetable par du réutilisable, remplacer le réutilisable par du « j’en ai pas besoin ».

Le jardinage naturel

Des polycultures sans traitements biocides, ni engrais minéraux ou de synthèse ; des cultures multi-éta­gées (des couvre-sols sous des arbrisseaux sous des arbres, des courges sous des haricots sous des maïs…) ; des semences reproduc­tibles qu’on adapte au terroir ; une biodiversité accueillie et consi­dérée dans sa globalité ; des actions qui améliorent le sol au lieu de le dégrader.

L’éco-construction
et l’autonomie énergétique

Auto-construire le lieu, par le biais de chantiers participatifs et de stages ; utiliser un max de maté­riaux locaux, naturels, respirants, recyclés ; collecter, stocker, écono­miser et phyto-épurer les eaux ; viser l’autonomie énergétique (solaire, isolation, poêles rocket…).

L’élevage à petite échelle

… intégré et extensif : avoir quelques poules, leur laisser beaucoup d’es­pace, de l’herbe, des insectes et des restes de cuisine ; créer les condi­tions pour qu’elles soient de plus en plus autonomes ; utiliser leurs fientes et peut-être leurs services en tant que mangeuses de larves en tout genre ; manger des œufs.

La bienveillance

… envers soi et les autres (adultes et enfants) : pratiquer une communi­cation non-violente, apprendre à respecter le rythme, les façons de faire ou de penser de chacun-e ; encourager les disciplines qui favo­risent le bien-être (yoga, do-in…), les médecines douces, alternatives et la santé par l’alimentation.

Le partage

… des ressources, des informations, des forces de travail et des bons moments ! Créer du lien, favoriser les échanges locaux, le partage et l’entraide (publications, formations, ateliers, chantiers collectifs, mutuali­sation de matériel et de supports pédagogiques, monnaies complé­mentaires, rencontres citoyennes, artistiques et/ou festives…).

Les outils de coopération

… qui facilitent le travail collectif et le bien-être de chacun au sein du groupe : une gouvernance partagée, des tours de parole, une écoute active… et des jeux !

Au fait… pourquoi les pieds dans la salade ?

Saviez-vous qu’en France, environ 95% des plantes sauvages sont comestibles ? Certaines espèces, plantains, coquelicots, pâquerettes, mauves, pissenlit, pourpier, etc., sont d’excellentes salades qui poussent en abondance tout autour de nous, et bien souvent nous les piétinons sans même les voir. « Ne marchez pas dans la salade ! » Certain-e-s d’entre vous auront peut-être eu la joie d’entendre ces mots lors d’une balade sur les plantes comestibles…

Eh oui, nous passons le plus clair de notre temps les pieds dans la salade… Nous voyons dans cette image le besoin de connaître notre environnement, mais surtout l’idée d’une abondance alimentaire et d’une sobriété heureuse tout à la fois. Un paradoxe ? En apparence seulement, car se contenter des plantes sauvages, c’est accéder à une quantité considérable de nourriture !

Pour finir, à mi-chemin entre deux expressions bien connues, Les Pieds dans la Salade nous évoquent l’équilibre que l’on peut trouver entre une forme de bien-être toute simple, comme d’avoir « les pieds dans l’herbe », et une forme d’engagement convaincue, quitte à bousculer quelques idées reçues et mettre « les pieds dans le plat ».

Et plus concrètement ?

Un lieu d’accueil et d’expérimentations

Tout est encore à faire, mais un lieu associatif est en construction à Saint-Pardoux-Corbier (19). Pour en savoir plus, c’est ici.

Dans le village

À Saint-Pardoux-Corbier, nous avons une école primaire, un café, une salle polyvalente, un marché d’été et plein de jolis coins de nature. Bon, c’est le tout début, on arrive à peine ; mais ça ouvre des perspectives pour des animations, des balades naturalistes sur la commune, des projections de films, des ateliers, des rencontres, enfin bon, nous verrons petit à petit !

Sur internet

Alors déjà, il y a le site internet (normalement c’est bon, vous êtes dessus) et une page Facebook. Ici ou là, en plus de l’agenda des événements, nous rapporterons régulièrement nos humbles expérimentations jardinières, l’avancée des constructions, des histoires de plantes sauvages, des réflexions, enfin, tout ce que nous supposerons intéressant à rapporter !

Et avec vous, alors ?

Les statuts de l’association et le règlement intérieur sont disponibles ici.